Puis-je prendre la place d'une autre personne?

Puis-je prendre la place d'une autre personne? Puis-je prendre la place d'une autre personne? Puis-je prendre la place d'une autre personne?

Act 1: projection inconscient lui-même

« Depuis que je rompu avec son père, il a toujours grossier, n'obéit pas, combats avec d'autres enfants. Ne sais pas quoi faire « - Marina à son plaint fils âgé de 6 ans. « Si j'étais à votre place difficile de parler avec son père. Supposons aussi, va enfin éducation! C'est son fils! Pourquoi est-ce que vous devez faire glisser celui-OMS « -! Outragé son amie Emma.

« Si je (a) A votre place » - nous prononçons généralement ces mots sans savoir qu'en réalité ils masquent nos sentiments de malaise. Nous ne pouvons le sentir entendu dire faire confiance à l'autre personne. A formulations prêtes à remplir pour l'instant le silence. « En outre, la révélation d'une autre, ses conflits de vie éveillent nos propres angoisses et les peurs - dit psychologue Elena Stankovskaya. - Et nous les projetons inconsciemment sur quelqu'un d'autre la situation, comme si elle ne se produit pas avec lui et nous. Métaphoriquement, il peut être décrit comme l'une des cellules de la figure un autre homme se tient chessboard - et nous arrivons, nous l'enlever et remplacer à sa place un ». À ce stade, on n'a pas pris en compte que chaque personne - est unique, unique et ses sentiments, désirs et besoins. Autrement dit, nous ne nous soucions pas (vraiment) au sujet de notre interlocuteur. Nous pensons à eux-mêmes, plongés dans leurs propres émotions.

Lorsque nous offrons un autre « prendre sa place, » nous sommes dans cet endroit leurs propres lignes directrices, pour son histoire. attribuant à tort les sentiments des autres. Voilà ce qui arrive avec Emma. Marina lui dit au sujet de leurs difficultés avec l'éducation de son fils. Mais Emma, ​​« se traduit par la flèche » au père de l'enfant. Ceci est un écho de ses propres difficultés dans une relation avec un partenaire: incapable de reconnaître et d'exprimer leur colère face à lui, elle « se défouler », venir avec une réplique de la petite amie mordante. L'expression « Je serais à votre place, » contribue également à fermer les problèmes étrangers à ceux qui voient le monde en noir et blanc. « Collision avec une situation ambiguë viole l'image claire du monde et il est alarmant, - dit Elena Stankovskaya. - Ensuite, il n'y a pas d'autre choix que d'insister sur le fait que le problème n'a qu'une seule solution ".

L'attention bénéfique

empathie physiologique

- un réflexe qui nous fait inconsciemment copier le comportement d'une autre personne - la posture, la façon de parler, les expressions du visage. Plus prononcé cet effet, plus l'autre personne se sent qu'il comprend.

l'empathie cognitive

- La capacité à comprendre les subtilités de la pensée et de raisonnement interlocuteur.

l'empathie émotionnelle

- soi-disant « empathie », la capacité de ressentir des émotions et des sentiments d'une autre personne. Eh bien, quand nous avons, et l'empathie cognitive et émotionnelle. Si nous sommes capables seulement cognitive, il est un risque que nous utiliserons une profonde connaissance de l'autre personne, ne pas montrer l'attitude prudente à elle, et même le recours à la manipulation. Ce comportement est typique, par exemple, les jonquilles. A l'inverse, quelqu'un qui est seulement capable d'empathie émotionnelle, il est difficile de se distancer des émotions des autres, pour les distinguer de leur propre.

bonne volonté

- une attitude positive envers le peuple, qui est exprimé dans la capacité de maintenir; critiquer les actions, mais pas l'homme lui-même; à l'occasion du côté positif et la faiblesse de pardonner.

altruisme

- préoccupation altruiste pour le bien-être des autres.

gentillesse

- une combinaison de la bienveillance, l'empathie émotionnelle et l'altruisme.

G. Ch

Puis-je prendre la place d'une autre personne? Puis-je prendre la place d'une autre personne?

Loi 2: la violence sur l'autre

« Ouais, je suppose que vous avez raison - dit Marina avec hésitation. - Je vais y penser ... « - » Bien sûr, je ne me trompe pas! - exclama Emma. - Je sais bien, vous serez bientôt plus facile, je suis sûr! Qu'y at-il à penser?! Si j'étais à votre place, sans doute un instant! " Co côtés ennuyeux de voir que nos doutes ami et fait que, à notre avis, pourrait l'aider. A ces moments-là, nous oublions qu'il ne pouvait pas encore prêt pour l'étape suivante qu'il avait besoin de temps pour le faire. Il y a une tentation de tout résoudre pour lui. « Imposer une opinion différente, nous l'avons dit indirectement: Je comprends mieux ce que vous avez besoin maintenant, - dit Elena Stankovskaya. - En d'autres termes, nous nous interrogeons sur sa capacité à être l'auteur de votre vie, ne le laissez pas être lui-même ".

La tentation de jouer le rôle d'un parent qui peut enseigner la vie d'un « enfant », aujourd'hui est particulièrement élevé: il y a tant de livres sur la psychologie, et beaucoup pensent qu'ils ont dans leurs mains les clés de tous les mystères de l'âme. En fait, comme le montre notre désir inconscient de se faire valoir au détriment d'une autre, pour gagner du pouvoir sur eux.

L'expression « se tenir dans l'autre » signifie littéralement bannir quelqu'un de sa place, pour usurper la place de rester lui-même. Profération de « Je serais à votre place, » nous disons donc: « Regardez, je vais vous parler de vous. » Ou tout simplement: « Écoutez-moi » En ce moment, nous nous concentrons sur nous-mêmes, et l'autre est oublié, mais nous prétendons que nous prenons soin de lui ...

Loi 3: Les échanges

Marina est sur le forum en ligne des parents et parle des problèmes avec son fils. Elle demande de l'aide: « Qui d'entre vous a eu une situation similaire? Partager comment vous gérez « Immédiatement il répond: » Je comprends tout ce que je suis passé par « » Je suis dans vos chaussures ... « !

Si nous avons connu la même chose et l'autre personne, il est plus facile de présenter ses pensées et ses émotions, faire preuve d'empathie. Voilà pourquoi il est si efficace dans le groupe de soutien et virtuel et réel (y compris la psychothérapie). Dans ce cas, les mots « je peux me tenir à votre place, » il est permis et souvent souhaitable.

« Ceux qui sont dans une situation difficile, voit qu'il est pas seul - explique le psychologue Marina Khazanov. - Les personnes qui vous entourent (membres de l'équipe) ont connu quelque chose de similaire et ont été en mesure de gérer. Ici, peu importe qui vous êtes - le dirigeant ou le facteur, tous les rôles sociaux sont secondaires. Personne ne condamne pas enseigner, ne pas évaluer au contraire, compatit et soutient ". En outre, le groupe peut fournir des informations utiles. Marina, par exemple, de recommander un bon livre sur l'éducation. Mais même si nous avons vécu la même expérience douloureuse, cela ne signifie pas que la reprise sera le même. Il faut éviter la tentation d'insister sur leurs « recommandations », prévient Elena Stankovskaya: « Eh bien, quand quelqu'un qui partage ses expériences, se rend compte qu'il est pas le seul possible. Et il laisse un autre espace pour ses propres décisions. " « Notre expérience dans son ensemble, notre vie est la valeur la plus élevée - que Marina Khazanov. - Une valeur ne peut pas être imposée, elle ne peut offrir, donner à ceux qui l'accepteront comme un cadeau. Par conséquent, on peut se demander: Est-ce que vous voulez que je partage avec vous? Et préparez-vous à entendre un refus ".

Puis-je prendre la place d'une autre personne? Puis-je prendre la place d'une autre personne?

Act 4: relation d'empathie

« Votre fils a été pris entre les deux familles, entre les parents. Imaginez-vous à sa place! « Après avoir écouté les paroles d'une autre de sa petite amie, Marina voyait bien la situation. Elle n'a tout simplement pas eu lieu de regarder ce qui se passe à travers les yeux de votre enfant.

Entre les mots « Je suis sur votre place ... » et une véritable tentative de vous imaginer dans l'autre personne est une grande différence. Dans le premier cas, nous ne prenons pas en compte une opinion différente, mais son. Dans le second cas, au contraire, nous essayons de cesser d'être le centre d'attention, de se déplacer loin de son point de vue de regarder la situation avec des yeux différents. « Les Grecs ont proposé un mécanisme universel qui nous aide à comprendre l'autre de sa profondeur - ce qui ne ressemble en rien abstention du jugement, - explique Marina Khazanov. - En refusant de regarder l'homme à travers le prisme de leurs perceptions et évaluations, nous avons la chance de comprendre l'autre dans son ensemble, de ressentir ce qu'il éprouve. ! Différent du nôtre « » Il est important de se rappeler que nos impressions peuvent être trompeuses - ajoute Elena Stankovskaya. - Et dans le dialogue vous constamment vérifier: Est-ce que je comprends bien l'interlocuteur? La seule façon que vous pouvez vraiment se rapprocher de ses sens ". Mais cela implique encore l'écoute active et sincère, la compassion altruiste, souligne Marina Khazanov. « Sympathiser - signifie l'expérience, en essayant de comprendre et à maintenir. Cette expérience doit être distinguée d'une situation où nous aussi nous mettre dans l'autre personne à comprendre à quel point il serait dans ce lieu et de l'expérience plus pour vous-même parce que nous sommes difficiles à le voir souffrir ».

L'auteur de la méthode de l'écoute active Carl Rogers a souligné un autre signe important de l'empathie: « Pour sentir le monde personnel du client comme si elle était la nôtre. » * Bien sûr, l'un - et non le thérapeute. Mais la règle « comme si » est vrai pour toutes les relations de soins. Il aide à ne pas se confondre avec une autre personne, ne pas identifier avec elle. « Contrairement à la position arrogante de ceux qui se considèrent en mesure de prendre la place d'une autre, la position empathique essentiellement modeste, car il reconnaît nos limites » - met l'accent sur Marina Khazanov.

Et cette position est difficile, car au début nous fait sentir inutile. Après tout, nous ne parlons pas seulement eux-mêmes, mais d'écouter, en essayant de « vchuvstvovatsya » dans un autre. Mais c'est la chose la plus précieuse que nous pouvons donner. « Une autre personne se sent enfin compris et accepté, - dit Marina Khazanov. - Son ne condamne et n'enseigne pas comment vivre. Il y a un effet frappant: il commence à mieux se comprendre, ses possibilités et ses limites. Cela devient plus intégrée ". Et à ces moments-là, il pourrait trouver la meilleure solution pour son problème.

La formation de l'identité de Rogers: Un regard sur la psychothérapie « (ESMO Press, 2001).

Aza auditive active

méthode active d'écoute a été développé par le psychologue américain, l'un des leaders de psychologue humaniste Carl Rogers. Son objectif - d'établir une relation plus humaine entre le thérapeute et le client. L'écoute active - est un ensemble de techniques de communication et de développement personnel, qui peuvent être appliquées à tous les types de relations. Il est parfois appelé « audition amicale. » Pour pouvoir silencieux, ce qui permet une autre extrémité de parler sans l'interrompre.

Pour souligner leur présence et de soins, ne pas se laisser distraire par des facteurs externes.

Verbalement mettre l'accent sur l'intérêt (signe de tête, dire: « Je vous entends », « je comprends »).

Reformuler le dernier interlocuteur de phrase ou les mots qui ont attiré l'attention. Cela fera en sorte que nous nous comprenons bien.

Posez des questions neutres sur ce qui a été dit.

Pour résumer les résultats qu'il a été dit.

Ne jugez pas et ne pas interpréter.

Pour faire preuve d'empathie - bezotsenochnoe faire preuve d'empathie avec l'état émotionnel d'une autre personne.

Le jeune photographe canadien Pizat Hana (Hana Pesut) deux années de travail sur le projet "Switcheroo" ( "Réorganiser"). Il implique un couple qui l'a rencontrée dans la rue et sur la route.